animation à la bibliothèque “les documentaires animés”

Dans le cadre du mois du film documentaire, Mélanie nous a invité à assister à la projection de quatre documentaires animés à la bibliothèque : 4 sujets, 4 régions du monde !

Voici leurs impressions :

Lwas

Ce film animé a duré 2 minutes et a été réalisé par Mathilde Vachet. Ce film animé parle de vieilles coutumes*, d’anciennes civilisations*, de tenues traditionnelles, danses et masques. Il nous a appris et montrer des danses, des musiques rythmées et anciennes, des masques, des coutumes et des vêtements. Nous avons aimé la musique et les dessins colorés, en revanche il n’avait aucune paroles et ce film était trop court ! La technique est de la craie sur un font noir.  Lexique : coutume : nf Habitude, usage.                civilisation : nf 1. Fait de se civiliser. 2. Ensemble des cratères propres à la vie intellectuelle, artistique, morale et matérielle d’un pays, d’une société.

Ewen et Hugo

960-Lwas_copie-d69a5      screenshots08

Lwas

 

auteur : Mathilde Vachet

    Lwas est une histoire de coutume dessine à la craie. Nous avons vu les tenues traditionnelles. On a bien aimé : c’était beau, coloré, bien dessiné, vivant et la musique était rythmée. En revanche c’était trop court car ce documentaire ne dure que 2 minutes !

Océane, Quentin, Tom.

screenshots08      439281144_1280x720

Madagascar ”carnet de voyage”

de Bastien Dubois

Ce documentaire dure 12 min                                  

Nous avons découvert ce qu’est la fête des morts à Madagascar ! : C’est une fête pendant laquelle on retourne les morts pour changer les tissus et aussi pour revoir nos proches et les toucher.

On a aussi appris que les routes sont dangereuses là-bas.

On a bien aimé quand ils ont fait la fête avec les tambourins et les chants africains !

Jeanne, Ewen et Lio

bastien-dubois-4 madagascar-2

                                                     MADAGASCAR                                                      carnet de voyage Il était une fois un homme qui allait découvrir MADAGASCAR et pour la tradition qui est de retourner les morts, dans leurs tombes. La durée du documentaire est de 12 minutes et il a été créé par BASTIEN DUBOIS. Il s’ait d’un carnet de voyage. Il a utilisé de la peinture mais aussi de véritables petites voitures africaines ! 76197907  c0c3ffad297b8d8453b8669ea9a3dcc8 Ce qui nous a déplu c’est que ça n’était pas trop réaliste et ce qui nous a plus c’est que nous avons appris des choses.

Tom, Emma, Manon et Yanis.

Miniyamba       

Miniyamba est un documentaire fait et réalisé par Luc Perez. Il a duré 14 minutes. Cette histoire  raconte que des Africains veulent aller en Europe. Ils viennent par groupe de plusieurs personnes, et la plupart sont tués par les policiers européens. La tranchée fait retarder les passants … Le but d’un chanteur et son ami est de traverser la tranchée qui sépare l’Afrique de l’Europe. Le chanteur est mort en voulant sauver une femme, puis il a demandé à son ami de partir en Europe. L’ ami du chanteur a dit « je préfère mourir ici plutôt que mourir là-bas. »      On a bien aimé . Mais il y avait des passages qui étaient difficiles à voir car ils étaient tristes. Miniyamba%20TRAILER%202 Miniyamba

Miniyamba 14 minutes

de Luc Perez

 Ce documentaire parle d’un groupe d’Africains qui souhaitent entrer en Europe en passant par l’Espagne. L’un d’eux voulait faire écouter sa musique aux Européens.  Nous avons appris que certains Africains voulaient absolument rentrer en France Car ils sont très pauvres et n’ont pas de travail dans leur pays.  Miniyamba a été fait en aquarelles et en peintures.  Le chanteur nous a plus par ses chansons étaient joyeuses.  Nous n’avons pas aimé voir que certains mouraient à la frontière, tués par les gardes.

Mattéo, Ewen, Dara et Audrey

stills-miniyamba_05-1140-1140x420 450956629_1280x720

 

  Pinchaque 

Le documentaire parle d’une race de tapir colombien. Nous avons appris qu’ils avaient peur des hommes et qu’ils rejettent des excréments de graines et font pousser la végétation naturellement. La technique utilisée est le dessin. Nous avons aimé quand ils se cachaient et que l’homme ne les voyait pas. Ce documentaire a duré 5 minutes et a été réalisé par Caroline Attia Larivière.

Mael, Guilhem, Agathe

tapirpinchaque Pinchaque

Pinchaque, le tapir colombien

de Caroline Attia Larivière

Le sujet du documentaire : un tapir colombien en voie de disparition.

durée : 5 minutes.

Ce que nous avons appris : Les colombiens prenaient les bébés tapirs pour servir de jouet aux enfants.20120601 Puis après quand ils devenaient plus grands ils servaient de transport et de traie. Un jour, un explorateur animalier part en Colombie pour chercher des spécimens. Il vit un tapir, le dessina et retourna en France. Un explorateur voulut voir cet animal, pendant des années sans le trouver. Il se cachait toujours bien car il avait peur des humains. Le tapir est herbivore donc il mange des graines, il fait caca et ça fait pousser des arbres. Dans ses arbres, vit une espèce d’oiseau très rare comme le perroquet vert. L’auteur a utilisé le dessin et l’aquarelle. Cela nous a plus car c’était très animé et coloré. Nous avons beaucoup de choses sur les tapirs et la musique nous entraînait.

Achille, Elouan et Laora

PinchaqueTheColombianTapir745 kuv

Merci à Mélanie pour ce bon moment !P1090688 P1090687